Cercle de lecture - L'esthétique de la résistance @ LA DÉVIATION, Marseille [du 5 février au 25 juin]

Cercle de lecture - L'esthétique de la résistance


142
5
fév.
 
- 25
jui.
20:00 - 22:00

 La page de l’événement
LA DÉVIATION
210 chemin de la nerthe, 13016 Marseille
L'idée est de créer un cercle de lecture afin de constituer un espace d'échange, de recherche et de critique ouvert à tous. Même si les sujets abordés demeurent ouverts, il s'inscrit dans un désir de construire collectivement des outils pour penser ce qu'on nomme l'art et le politique. À ce titre, notre première lecture sera le roman «L'esthétique de la résistance» de Peter Weiss.

«La voie qui libérait nos esprits de l'oppression était politique. Tout ce qui se référait à des poèmes, des romans, des tableaux, des sculptures, des morceaux de musique, des films ou des drames devait d'abord faire l'objet d'une réflexion politique. Pour nous ce n'était que tâtonnements, nous ne savions pas encore à quoi devait servir ce que nous découvrions, nous comprenions seulement que, pour être utile, cela devait venir de nous-mêmes.»

«L'esthétique de la résistance» est écrit de 1971 à 1981. La narrateur y raconte le mouvement ouvrier de 1919 et l'échec de la révolution socialiste allemande jusqu'à 1945, fin de la deuxième guerre mondiale, du point de vue d'un ouvrier, résistant au fascisme. Dans cette tentative de nommer cette Histoire d'injustices et d'échecs du XXe siècle, le protagoniste ne cesse de se questionner sur l'art et comment il est possible de l'utiliser pour une résistance aux systèmes totalitaires. Ainsi nous traversons la Grèce antique avec Héraklès, passons par la Renaissance avec Brueghel ou Piero della Francesca jusqu'à la Guerre de l'Espagne et Pablo Picasso. Une intime affinité se dessine à travers les siècles et au-delà des nations entre l'histoire de l'art et l'histoire de l'émancipation des hommes et des femmes.

«Eurysthée, son cousin, récitait des poèmes d'une voix larmoyante et s'accompagnait d'une lyre qu'il jouait faux, mais Héraclès à qui Linons, le maître, voulait faire accroire que la seule liberté qui existât était celle de l'art, lui enfonça si rudement le chapeau sur les yeux qu'il lui brisa l'os nasal et lorsque le maître continua à affirmer que l'art devait de tous temps être apprécié indépendamment des troubles du moment, il le culbuta dans la fosse à purin et le noya pour montrer que les beaux esprits privés d'armes étaient incapables de tenir tête à la plus élémentaire violence.»

Loin des canons d'un réalisme socialiste, mais également loin d'une leçon de l'Histoire de l'art, ses réflexions esthétiques nous regarde plus qu'un peu. Il s'agit d'abord d'apprendre et de juger par nous-même ce qui nous sert. Aucune vérité ou connaissance ne peut être exposée et transmise. Toute connaissance demande à ce que nous faisons le chemin nous-même. Comme disait Heiner Müller: «Faites des erreurs, mais vite! Comment voulez-vous apprendre quelque chose sinon ?»

«Pour ceux dont on disait qu'ils avaient toujours besoin de quelque chose à quoi ils puissent croire, qu'ils puissent vénérer, on donnait des parades sur les places publiques, un spectacle superbe de chars de combat, de heaumes à plumes, d'étendards, et des discours enflammés exprimaient l'espoir de voir bientôt éliminés les derniers conjurés qui faisaient obstacle au renouveau et le souverain fit savoir à ceux qui étaient fatigués et affamés qu'il s'occupait d'eux et souffrait avec eux et, étonnés et muets, ceux qui écoutaient apprirent que ce qui s'était abattu sur eux c'était l'état d'exception.»

Avant de pouvoir questionner, à partir du roman de Peter Weiss, ces politiques culturelles actuelles avec leurs actions culturelles et autres phénomènes, nous allons, comme les protagonistes du roman, essayer de comprendre et formuler des hypothèses ensemble sur les œuvres et au-delà. «L'esthétique de la résistance», une des «plus subversives histoires de l'art», nous sert de socle à partir duquel nous pouvons commencer à travailler et peut-être pouvoir construire un espace politique rare…

Tous les lundi soir à partir de 20h. Amenons des choses à manger pour partager à côtés des mots, des choses à mordre.
Discussion
image
Seulements les utilisateurs enregistres peuvent ecrire les commentaires.
Passez vitement l'enregistrement ou l'autorisation.

Les événements le plus attendu à Marseille :

Selah Sue « acoustique » Complet
Théâtre Silvain
Festival Marsatac 2018 : 20e édition !
Parc Chanot
Brigitte @Le Silo Marseille
Le Silo
Imany
Théâtre La Criée
Summer Stadium Festival 2018
Orange Vélodrome
The Rolling Stones
Orange Vélodrome
Immersion - 3 Stages - International Artists
DOCK DES SUDS OFFICIEL
Tech.Minimal
SPARTACUS CLUB / THE BEEZ
La Rue Kétanou + Caravane Namasté @Nomad' Café le 23/05
Nomad' Café
Festival Le Bon Air 2018
Friche la Belle de Mai
Les événements les plus populaires dans votre fil de nouvelles