Vernissage de "Falling Walls", solo show de Manoela Medeiros @ Double V Gallery, Marseille [du 26 août au 8 septembre]

Vernissage de "Falling Walls", solo show de Manoela Medeiros


168
26
août.
 
- 8
sep.
15:00 - 20:00

 La page de l’événement
Double V Gallery
28 rue Saint-Jacques, 13006 Marseille
À l'occasion de la 11e édition d'Art-O-Rama, Double V Gallery est heureuse de vous inviter au vernissage de FALLING WALLS, premier solo show en France de l'artiste brésilienne Manoela Medeiros.

Sur une proposition d'Emmanuelle Oddo

Exposition Visible du Jeudi 24 août au samedi 28 octobre 2017.
Vernissage Public Samedi 26 août à partir de 15h.

[TEXTE D'EXPOSITION]

«C’est au coeur de la poétique de la ruine que l’artiste brésilienne Manoela Medeiros a ancré sa pratique.

Telle une ode à l’architecture résiduelle, son oeuvre multiple — sculptures, peintures, installations, performances — entretient un rapport étroit à l’espace visible et invisible. Dialoguant avec la matière, l’artiste pénètre l’histoire des lieux, met en scène le vide, l’absence, l’abandon.

Sa méthode repose sur un système de déconstruction, d’excavation et d’altération de la matière: des couches d’enduits pigmentés sont accumulées, jour après jour, avant que l’artiste ne vienne écailler la toile, révélant des compositions accidentelles dont les décombres précipitées au sol portent la trace d’un temps révolu.

D’autres fois, il s’agit au contraire de reconstruire à partir de vestiges, dans une volonté de sauver le passé. Chaque découverte d’un lieu abandonné devient alors prétexte à la collection de fragments de murs, dont les couleurs fanées puis rassemblées sur le chassis de l’artiste évoquent les différentes périodes et occupants qui ont marqué les lieux, dessinant une véritable archéologie de nos habitats.

Une éloge du temps, une poésie de l’espace par laquelle Manoela Medeiros renvoie la ruine à son état le plus vivant, lorsque, mise à nue, elle dialogue avec le jour ou la pluie. C’est ce ballet entre les angles, les recoins et les ouvertures, dont l’artiste rend compte à travers ses installations in-situ, sculptant à même les murs les lignes suggérées par la lumière, étendues éclatantes ou hiatus imperceptibles qu’il s’agissait de déceler.

A l’occasion de sa première exposition personnelle en France, qui se tient à Marseille, l’artiste a imaginé une scénographie en écho à la Méditerranée: l’installation de briques aux cellules colorées rappelle la composition de La Cité Radieuse bâtie à Marseille par Le Corbusier, tandis que les aplats de couleurs sur les murs renvoient à La Muralla Roja (Espagne), chef d’oeuvre architectural de Ricardo Bofill, inspiré des casbah. Partie intégrante de cette composition immersive, une série d’oeuvres réalisées à partir de fragments de différentes villes, font allusion à la migration, semblant tantôt en accuser les plaies, tantôt en dessiner les nouveaux territoires possibles. „

Emmanuelle Oddo

[BIOGRAPHIE]

“Les œuvres de Manoela Medeiros frappent par la subtilité de leur rapport à l’espace dont elles semblent être les plaies poétiques et mélancoliques. Loin d’un esprit pop de l’arrachage des affiches et des calembours visuels créés par la juxtaposition des lambeaux d’affiches de Mimmo Rotella ou de Jacques Villeglé, les fragments arrachés et rassemblés sur ces châssis de plâtre sont de réels fragments de murs, vestiges de murs collectés dans des bâtiments abandonnés. Prélèvement ou biopsie du gravât, cette archéologie de l’habitat, exploite la poussière et le fragment, mettant en évidence et simultanément la présence et l’absence des occupants successifs.

Sa pratique artistique applique parfois cette méthode de l’écaillage à des formes et des éléments géométriques en dialogue directe avec un angle, une surface, ou encore un recoin d’une architecture. Ces « déplacement d’espace » semblent vouloir matérialiser une méthode de collecte des couches de poussières accumulées par le temps.

Le spectateur est inconsciemment familier de cette tendance à vouloir sauver les traces du passé, indépendamment de la disparition inéluctable et programmée du bâti. Le travail de Manoela Medeiros n’est d’ailleurs pas sans rappeler la dépose des fresques archéologiques, et les teintes de ses compositions accidentelles, la beauté fanée des luxuriantes compositions antiques. Les peintures murales des villas romaines rassemblées dans les musées ne sont pas même l’ombre de ce qu’elles ont été et la dimension archéologique du travail de Manoela Medeiros semble relever d’une même tendance performative à vouloir combattre le temps: une démarche fastidieuse bien qu’invisible dont l’absurde semble en renforcer la force poétique. Le champ lexical de la ruine est d’ailleurs celui que l’artiste privilégie pour titrer ses œuvres. « hiatus » ou « Déplacement d’espace » mettent en évidence la notion d’absence. L’action semble ici située dans un temps qui succède à l’humanité ou encore celui d’une architecture résiduelle appelée elle aussi à disparaitre.»

Mathieu Lelièvre
Catalogue du 62e salon de Montrouge

[PORTRAIT VIDEO]
youtube.com/watch?v=E-J8Cph9U0M&t=137s

[ENGLISH BIO & CV]

Manoela Medeiros (1991) lives and works both in Rio de Janeiro (her hometown) and Paris. She has a degree in Graphic Design at PUC-Rio (2009) She also studied at École Des Beaux Arts (Paris, 2012), at IADE-Creativity University (Lisbon, 2013) and at EAV Parque Lage (Rio de Janeiro, 2009 and 2015). Manoela is the co-founder of Atomos, an independent space (Rio de Janeiro, 2016) and has been actively participating in different exhibitions,
salons and residences in Brazil and abroad.

Among her solo shows, we can highlight: Instruções para a construção de uma ruína, Casamata (Rio de Janeiro, 2015); é. é. é., Projeto Zip’Up (São Paulo, 2015). Among her collective shows: 62 Salon de Montrouge, Le Beffroi (Montrouge, 2017); Hallstatt, Fortes D’Aloia & Gabriel | Galpão (São Paulo, 2016); Arte Pará, Fundação Romulo Maiorana (Belém, 2016); In Between, Bergamin & Gomide (São Paulo, 2016); Quarta-feira de cinzas, EAV Parque Lage (Rio de Janeiro, 2015); Verbo, Galeria Vermelho (São Paulo, 2015). In 2017, Manoela will participate the 67th edition of the Jeune Création award at Galeria Thaddaeus Ropac (Paris) and have a solo show at Double V Gallery (Marseille).

[DOSSIER DE PRESSE & VISUELS HD]

[email protected]
Discussion
image
Seulements les utilisateurs enregistres peuvent ecrire les commentaires.
Passez vitement l'enregistrement ou l'autorisation.

Les événements le plus attendu à Marseille :

Famous Tattoo Weekend, 3è salon du tatouage de Marseille
Parc Chanot - Marseille
Rilès @Cabaret Aléatoire - Marseille
Cabaret Aleatoire
Love On The Roof x Boys Noize
R2 I Le Rooftop
Rentrée de l'art contemporain à la Friche la Belle de Mai
Friche la Belle de Mai
Visionair : Chris Liebing
R2 I Le Rooftop
Ricardo Villalobos Outdoor + Indoor à Marseille Dimanche 17 Sept
Cabaret Aleatoire
Joris Delacroix (Live + DJ set) x Love On The Roof
R2 I Le Rooftop
Elrow FAR WEST : Spartacus Festival
SPARTACUS CLUB / THE BEEZ
Bon Entendeur x Love On The Roof
R2 I Le Rooftop
Lomepal en concert à Marseille
Espace Julien
Les événements les plus populaires dans votre fil de nouvelles